Prévention des inondations et gestion des risques

Publié le par Bernard Carpentier

En présence d’élus communautaires de l’Ardrésis Vallée de la Hem mais aussi de la Région d’Audruicq, nous avons rencontré le 25 avril 2007 à Lillers, le SYMSAGEL (syndicat mixte pour le schéma d’aménagement et de gestion des eaux de la Lys).

En effet, dans le cadre du contrat de rivière de la Hem que la CCRAVH a signé à Clerques le 17 juin 2006, avec 3 autres intercommunalités, cette démarche animée par le Parc Naturel Régional des Caps et Marais d’Opale prévoit quatre grands volets d’actions :
- La reconquête de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques
- La gestion écologique et paysagère du cours d’eau
- La prévention des inondations
- Le suivi et l’animation du projet

C’est ainsi que suite aux inondations d’Août 2006, une étude a été lancée sous maîtrise d’ouvrage des 4 intercommunalités en novembre 2006 pour une durée de 10 mois, afin de repérer les meilleures solutions pour la création de zones d’expansion de crues, pour connaître les meilleurs sites de rétention, plutôt multiples et de petite taille.
Parmi les échanges de ce jour, figuraient la question du choix entre bassins de rétention et zone d’expansion, les modalités d’indemnisation des propriétaires de terrains répertoriés en tant que zones d’expansion des crues, mais aussi la présentation de système d’alerte de crues (installation de capteur millimétrique, capteur débimétrique dans les cours d’eau, alerte par SMS, fax, via site internet), ou encore la mise en place de plans communaux de sauvegarde.

Puis nous nous sommes rendus sur un lieu d’installation d’un système d’alerte de crue et nous sommes satisfaits de pouvoir compter sur l’expérience du SYMSAGEL qui lui, se situe au stade de la mise en œuvre du plan d’actions, son aide pouvant s’avérer précieuse dans notre démarche.

Au-delà de la zone d’expansion des crues, le contrat de rivière doit permettre d’assurer le suivi de la régularisation administrative du barrage du moulin Bleu à Polincove (sondage des fondations) mais aussi des ouvrages de Tournehem.
Une étude sera également lancée courant de l’été afin de définir des aménagements doux (diguettes, bandes enherbées,..) sur les sous-bassins versants déjà identifiés.

C’est la Communauté que je préside qui a la participation la plus élevée au Contrat de rivière puisqu’elle est de 96 178€ sur 5 ans, dont 48 000€ affectés à la restauration et entretien des cours d’eau et 21 000€ pour les zones d’expansion des crues. Je vous laisse juger de l’effort considérable que la Communauté se doit de mettre en œuvre pour lutter contre les inondations, sans parler de l’effort financier de l’ordre de 20 000€ qu’il faudrait fournir pour protéger l’entreprise Cache de nouvelles inondations, par la construction d’une digue.


Bernard CARPENTIER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article