En « faisant une petite digue »...

Publié le par Bernard Carpentier

75250007A.JPGEn « faisant une petite digue » en ce bel après midi de mai, j’ai eu l’occasion de discuter avec quelques promeneurs, et je me suis plus particulièrement entretenu avec l’un d’eux au sujet du projet de port 2015.
A sa question quant à l’utilité de cette mutation, je n’ai pu que lui faire part de l’enjeu économique considérable qui était à la clé, car il faut être conscient qu’en 15 ans, de 1990 à 2005, le trafic des poids lourds entre Calais et Douvres a été multiplié par trois et l’ensemble du trafic transmanche transitant par Calais (port et tunnel) est aujourd’hui presque 6 fois supérieur par rapport à 1990.
Je pense donc que la décision de la CCI, gestionnaire des installations portuaires, de lancer des études pour envisager le devenir du port à horizon 2015 (avec un démarrage des travaux en 2010) est de très bon augure..
Car, ce qui est sûr, c’est que si le développement des échanges s’appuie aujourd’hui sur le transport routier, nombre de spécialistes prévoient un rééquilibrage avec développement du transport ferroviaire et fluvial.

C’est pourquoi, afin que le trafic du port de Calais ne devienne pas limité, et que le port de Calais devienne un grand port, le développement futur des installations portuaires qui passera par une reconquête d’espaces sur la mer, conférera une toute autre dimension au port. Et comme je le lui rappelais, cette mutation en « grand port » (avec un coût de réalisation d’environ 400 millions d’€, entièrement financé par la CCI) engendrera de nombreuses créations d’emplois, avec une nouvelle jetée, un nouveau bassin de 700m, de nouveaux postes pour l’accueil de ferries nouvelles générations, bref cela ne pourra qu’aider Calais à sortir du marasme économique subi depuis des décennies.


Bernard Carpentier
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article